Bébé otarie

 

Canon EOS 450D, objectif Tamron 18-200mm. Réglages 1/125, f6.3, ISO 1600

 

Ce n'était que l'un des bébés otaries qui batifolaient par dizaines dans une petite rivière à quelques mètres de la côte de Kaikoura. Un spectacle magique, mais difficile à shooter à cause de la faible lumière et des gros contrastes qu'il y avait entre les reflets de l'eau et le pelage sombre des otaries. J'ai rongé mon frein pendant un moment, car mon appareil ne peut monter que jusqu'à 1600 ISO, ce qui n'était pas suffisant au début pour avoir des images claires ET nettes. Et impossible de filmer les ébats des otaries avec, par-dessus le marché – il n'a pas de mode vidéo ! Alors qu'à côté de moi Stef s'en donnait à coeur joie avec des ISO à plus de 2000 et plein de vidéos. Peinard. Grmbll.

J'ai un peu grogné dans ma barbe, contemplé le ballet des otaries, puis j'ai cherché un emplacement plus éclairé, quitte à faire du hors-piste, et j'ai rapidement rejoint le début de la piste, là où le soleil arrivait encore à percer les arbres. Ne restait plus qu'à trouver les bons réglages et à attendre l'instant où les bébés sortaient la tête de l'eau pour nous renifler avec curiosité… et voilà !