De l’île nord à l’île sud

 
 
 
 
Après des adieux cordiaux à nos hôtes de Wellington – qu’on compte bien retrouver à notre second passage dans la Windy Welly – et cinq minutes de route, on embarque sur le ferry pour Picton. Direction l’île sud !
Le voyage semble se passer sans anicroche, un pincement au cœur excepté lorsque le bateau s’engage dans le détroit de Cook, et qu’on voit disparaître à l’horizon l’île nord sous les nuages gris. Mais la fatigue prend vite le dessus, et après avoir retrouvé notre régime cheese sandwiches avec un petit sourire, on s’endort vite dans les fauteuils du ferry…
Jusqu’à ce que Bénédicte me réveille : « Viens vite, dehors c’est magnifique ! » Je sors sur le pont, et le spectacle a tôt fait de me réveiller tout à fait. On est dans la Tory Channel, bientôt suivie par le Queen Charlotte Sound. L’eau est turquoise, sans une ride, le vert des forêts saute aux yeux, ourlé par l’ocre des rochers tombant dans l’eau, et un grand soleil surplombe le bateau qui vogue d’île en île… Les passagers sont sous le charme, les appareils photos crépitent. Les gamins courent d’un pont à un autre pour tenter de tout voir en même temps, et les plus désabusés se dorent au soleil, un bon verre à la main. Et nous, on reste bouche bée devant l’immensité et la sérénité du paysage.
Pas étonnant qu’on n’entende plus les Néo-Zélandais râler sur le climat et la situation de leur pays lorsqu’ils reviennent de leur OE (Overseas Experience).
Il leur faut cela pour réaliser dans quel joyau ils vivent.
 
Une fois sur l’embarcadère de Picton, on part directement pour Motueka, en ne s’arrêtant que pour admirer un point de vue sur la Shakespeare Bay – qui sera presque le moins beau de tous les paysages qui bordent la route. Les wetlands qui bordent la Queen Charlotte Drive, la baie de Nelson, Boulder Bank et Rabbit Island parviennent encore à nous captiver sous le coucher de soleil malgré l’heure tardive. Et c’est déjà avec des images plein la tête que l’on arrive chez Anne, notre nouvelle hôte, pour sombrer rapidement dans le sommeil.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *