Sydney, enfin !

 

Nous voilà à Sydney, que beaucoup prennent à tort pour la capitale de l'Australie, à cause de son impressionnant pont et surtout de son opéra, qui à lui seul est un des nombreux symboles du pays.


J'étais partie avec l'idée ferme de faire justice à Melbourne, souvent reléguée au second rang derrière Sydney en termes d'attractivité et d'intérêts, persuadée que les gens ne devait pas assez prendre en compte l'éventail culturel de Melbourne, très fourni. Mais, sitôt revenue au premier endroit où j'ai foulé le sol australien, force m'est de reconnaître que Sydney est et reste la ville que je préfère entre toutes. Ne serait-ce qu'à cause de son temps plus clément que celui de Melbourne – au décollage, il faisait 7°C sous des nuages venteux et menaçants à Melbourne, à l'arrivée 14°C, une petite brise légère et un grand soleil. Il n'en faut pas plus pour me conquérir ! :D Mais Sydney ajoute à cela d'autres atouts : son métro, beaucoup plus spacieux et mieux entretenu que celui de Melbourne (On est terre-à-terre ou on ne l'est pas !), son port, au panorama décidément sidérant, et ses jardins botaniques, plus agréables à mon goût que ceux de Melbourne.
Il est vrai que Melbourne a une scène artistique plus fournie et plus éclectique que Sydney, mais sur le plan des musées, Sydney s'en sort très honorablement, si l'on en croit le plan et le guide… et après visite, je confirme !

Car si Sydney a un musée historique centré sur sa propre création seulement, et qu'au vu de ses dimensions, l'Art gallery of New South Wales semble plus modeste que celle du Victoria – "semble", car on n'a pas eu le temps d'y entrer ! – elle a trois choses de la plus haute importance à mes yeux : un énorme aquarium, plusieurs parcs où l'on peut voir des animaux en liberté ou semi-liberté, et l'Australian Museum. Ce dernier étant le paradis pour quelqu'un dont le seul regret en passant en série littéraire était d'arrêter la biologie. J'ai toujours adoré fouiner dans les bouquins de sciences nat' pour tout savoir sur le fonctionnement du corps humain, et toutes les espèces animales passées et présentes, en particulier les mammifères et les animaux marins. Inutile de vous dire que je me suis retrouvé en territoire de prédilection devant l'expo sur les animaux marins d'Australie, et la grande rétrospective des animaux endémiques australiens et leur évolution depuis l'ère des dinosaures. Béné a presque dû me traîner de force hors de la salle; ce n'est qu'en faisant valoir l'argument du ventre à cor et à cri qu'elle a eu raison du mien, de ventre :D

Les jardins botaniques, Hyde Park et Centennial Park sont juste fantastiques – mention spéciale aux cacaotès et aux roussettes qui peuplent chaque coin des jardins botaniques, plus nombreux encore que les ibis. Darling Harbour est le coin de tous les Sydneysiders branchés durant le weekend, et le jardin chinois de l'Amitié, à deux pas, est un petit bijou.
Tout cela sans même mentionner l'Opéra célébrissime, le Harbour Bridge et le quartier pêcheur des Rocks… Vous l'aurez compris, Sydney l'emporte haut la main devant Melbourne en ce qui me concerne !

Cela dit, je reconnais que le centre-ville de Sydney n'est pas spécialement un endroit serein… rempli de piétons, de voitures en tous sens et de brouhaha, ce qui le place au même rang que Paris ou Londres; mais il y est nettement plus facile de trouver un endroit plus calme où se poser, et la nature y est beaucoup plus présente aussi bien à l'intérieur de la ville qu'à ses portes. Et beaucoup plus engageante que dans nos modestes parcs français, où il n'est même pas permis de marcher sur l'herbe !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *