5 choses que vous FAITES à Wellington, quoi que vous vouliez

Image Wikipedia

1/ A Wellington relooking capillaire tu subiras.
Ce n’est pas pour rien que les locaux l’appellent Windy Welly. La position de la ville, à la pointe sud de l’île nord et à l’ouverture du détroit de Cook lui fait prendre en pleine poire les conséquences d’un phénomène atmosphérique décoiffant. Comme la NZ est située sur les « roaring forties », les quarantièmes rugissants, elle est la seule langue de terre avec le Chili, à couper la route aux vents qui font le tour complet du globe sans rencontrer d’autre opposition. Et l’ouverture que crée le détroit de Cook pousse les vents à se compresser pour passer entre les deux îles, accroissant leur vitesse et leur violence. En somme, quand on se balade dehors, on enfonce bien les chapeaux sur la tête en priant pour ne pas les perdre, ou on s’attache les cheveux sous peine de ressembler à Méduse (l’animal piquant aussi bien que la figure de légende) après cinq minutes et de s’arracher le scalp au retour, en essayant en vain de défaire le nid de nœuds que vos belles ondulations soignées sont devenues.
 

Image Wikipedia
 
2/ A Wellington, en forme physique tu arrives, en forme tu RESTES.
Windy Welly, ouais. Hilly Welly aussi ! Wellington n’a l’air de rien à côté des extensions tentaculaires d’Auckland, mais c’est San Francisco en miniature : les montées succèdent aux descentes et un trajet de 10 mn sur GoogleMaps se transforme vite en 20 mn passées à souffler et à faire chauffer les mollets sur une colline. Et on ne rigole pas, l’angle d’inclinaison de certaines rues est tout à fait digne de Lombard St, et on alterne montées et descentes plus vite qu’à SF, les collines étant certes plus petites mais plus rapprochées… Donc dès que tu veux t’affranchir du réseau de bus, eh bé tu t’accroches à tes chaussures et tu travailles ta capacité pulmonaire.
 
 
3/ A Wellington, une photo du Cable Car tu prendras.
C’est LA photo iconique, celle que tous les touristes prennent dès qu’ils y mettent le pied. Impossible d’y couper, ce funiculaire est l’incarnation même du pittoresque et du rétro, les deux choses les plus en vogue auprès des touristes et des branchés. Et c’est accessoirement le moyen le plus rapide et le plus pratique d’accéder aux jardins botaniques de la ville so british avec leurs sentiers sinueux parmi les plantes savamment en désordre dissimulant un banc ouvragé dans leurs virages et leurs petites allées au milieu de plates-bandes bien ordonnées, remplies de couleurs vives. De quoi faire fumer les appareils photo.
 
 
4/ A Wellington un café sur Cuba Street tu boiras.
Cuba Street est le Montmartre de Wellington. C’est là que flâne le Kiwi branché-sans-l’afficher, au milieu des gothiques et des looks edgy. Et le café est une véritable culture ici : Wellington a plus de cafés par habitant que New York. C’est vous dire. Sans compter qu’ils sont délicieux, particulièrement dans Cuba Street. Voyez la logique ? CQFD :)
Et ne ratez pas la Bucket Fountain en plein milieu de la rue, ça mérite le détour de voir plusieurs litres d’eau se splasher dans une jolie gerbe d’eau, remonter, et se splasher de nouveau selon des enchaînements aléatoires. Simple mais prenant !
 
 
5/ A Wellington Te Papa tu iras voir.
Oui c’est un musée, oui pour les trois quarts des Français c’est chiant, oui c’est énorme. Mais c’est GRATUIT, et ça, ça ne se refuse pas. Et puis c’est le plus grand musée de Nouvelle-Zélande, rempli à craquer d’expositions toutes plus pédagogiques les unes que les autres. Comprendre : cool. Le genre où on te laisse toucher un poulpe géant au lieu de juste te le montrer sous plaque de verre. Où ils ont construit une maison qui reproduit toutes les 3 minutes un tremblement de terre niveau 4 sur l’échelle de Richter (!!!). Et surtout où ils t’expliquent toutes les ruses déployées pour parvenir à sauver le kakapo menacé d’extinction en bricolant une poupée kakapo attachée à un tank miniature téléguidé pour séduire les mâles en rut (Juré, craché).
Bref, plein de trucs sur la Nouvelle-Zélande, ses volcans, ses séismes, ses animaux, ses bidules et ses machins. Intéressants. Pas juste ronflants ; et c’est ça qu’est bien !
 
 
Voilà… je vous aurai prévenus ! dès que vous mettrez le pied dans la ville, ça vous prendra sans que vous ayez le temps de dire ouf. A vous de décider si c'est mal ou bien… moi, comme vous le devinez, j'ai tranché ! :)

Une réflexion au sujet de « 5 choses que vous FAITES à Wellington, quoi que vous vouliez »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *