Un si long chemin /3

Et le résultat du dépistage est revenu négatif.
Je vous laisse imaginer le soulagement qui nous a submergés, loin au-delà des mots et des actes.
Et qui nous a rendus encore plus attentifs à reconnaître et apprécier la chance qu’on avait.
Mais aussi à apprécier encore plus le fait qu’aucun de nous deux n’avait tenté d’imposer son choix à l’autre et avait toujours fait l’effort d’écouter son point de vue, d’y répondre avec honnêteté et de ne jamais mettre notre couple dans la balance.
On s’est chacun dit à part soi qu’on avait tout de même une chance de fou de s’être choisis et d’avoir voulu faire un enfant ensemble et avec personne d’autre.


On a donc continué notre cheminement vers la fin de la grossesse et la parentalité, dans un mélange d’incrédulité, de reconnaissance et d’appréhension à l’idée d’un nouvel imprévu.
Pas après pas, jour après jour, palier après palier ; on a commencé à se projeter de nouveau.
A se dire qu’on allait vraiment devenir parents, sans tout à fait le réaliser.
A tout faire pour s’y préparer au mieux et naviguer aussi bien que possible dans cette nouvelle dimension.

Continuer la lecture

Un si long chemin /2

Et une semaine plus tard, arrivait un nouveau résultat qui nous a arrêté nets dans notre élan.
Risque de trisomie supérieur à 1/1000, nécessité de faire un test de dépistage plus poussé et plus fiable.

On l’a tout de suite fait, bien évidemment ; et on nous a annoncé une semaine de délai pour avoir les résultats.
Et le dilemme qui s’est instantanément dressé devant moi a été incommensurable.


Cet être dont je venais de réaliser entièrement l’existence, que je commençais à sentir bouger au fond de moi, pouvais-je décider de lui refuser la vie si jamais il était porteur de trisomie ?
Pour quelqu’un comme moi, qui s’était battu bec et ongles pour son droit à vivre et à exister malgré son handicap, qui n’était pas certain que ses parents auraient fait le choix de le garder s’ils avaient su son handicap, et qui estimait l’avoir réchappé belle,
moi qui connaissais le handicap et la volonté de vivre malgré lui, au-delà de lui, dans ma propre chair,
avais-je seulement le droit éthique de prendre une telle décision de vie ou de mort pour quelqu’un d’autre, au nom de son handicap, en fussé-je la future mère ?

Continuer la lecture

Un si long chemin /1

A quelques jours du dénouement, quand je regarde tout ce qui s’est passé depuis deux ans, je me dis qu’on a à la fois eu beaucoup de chance et traversé beaucoup de passages périlleux.


Et pourtant, quand tu ouvriras les yeux pour la première fois, tout ce si long chemin pour devenir tes parents sera fini – et ne fera que commencer, tout à la fois.


J’avais pourtant pensé et dit que je ne serais jamais parent, pendant longtemps. Il m’a fallu beaucoup de temps et d’introspection pour comprendre qu’en fait c’étaient le handicap, le manque de confiance en moi et la conscience aiguë de la responsabilité d’être parent qui me retenaient.

Continuer la lecture